CONNAISSANCE DES VEGETAUX
ACCUEIL DU SITE (HOME)
Les bambous
Photo de Georges Seguin sur le site http://commons.wikimedia.org - Licence CC BY-SA 3.0 ou GFDL


Les bambous sont des plantes vivaces appartenant à la famille des Poacées (anciennement Graminées) originaires de tous les continents, hormis d'Europe et d'Antarctique.

Cette famille est divisée en 12 sous-familles, dont la sous-famille des Bambusoïdées qui regroupe environ 80 genres botaniques et plus de 1300 espèces végétales. On distingue dans cette sous-famille 3 sortes de bambous:
- les bambous herbacés constituant la tribu des Olyrées,
- les bambous ligneux des régions tempérées constituant la tribu des Arundinariées,
- et les bambous ligneux des régions tropicales constituant la tribu des Bambusées.

Cette dernière tribu, d'après "NCBI" et "Wikipedia", se divise en 7 sous-tribus:

Les bambous sont des plantes monocotylédones classées parmi les herbacées même si leurs tiges, qui sont des chaumes comme celles des herbes en général, sont lignifiées chez la plupart des espèces, et si elles peuvent atteindre près de 40 mètres de hauteur chez certaines. En fait, l'usage veut que l'on appelle "cannes" les chaumes des bambous.
Concernant leur hauteur, on les classe habituellement dans 4 catégories distinctes:

Photo de XIIIfrom TOKYO sur le site http://commons.wikimedia.org - Licence CC BY-SA 3.0 ou GFDL


Avant d'aborder la troisième catégorisation des bambous, il convient de savoir que la majorité de ces plantes ne fleurissent que rarement, voire très rarement.

On a constaté des floraisons espacées de quelques années à quelques dizaines d'années, jusqu'à 120 ans séparant 2 floraisons. Il arrive également que tous les sujets d'une même variété fleurissent en même temps, quel que soit leur âge, dans toute une région, voire sur tout un continent !!! Souvent même, cette floraison leur est fatale.

Tout ceci pour dire que le principal mode de reproduction des bambous est asexué (on dit aussi que cette reproduction est végétative), assuré par les bourgeons émis par leurs rhizomes souterrains.

C'est à ce niveau que l'on distingue 2 façons de se propager en fonction de la conception de ces rhizomes:
- rhizomes longs et fins, appelés rhizomes traçants ou rhizomes leptomorphes, linéaires et uniques ou générant d'autres rhizomes en tous sens en un réseau souterrain complexe. Les bambous se reproduisant de cette façon sont très envahissants et pratiquement incontrôlables.
- rhizomes courts et épais, appelés rhizomes cespiteux ou rhizomes pachymorphes, générant des touffes isolées mais denses.


Avant de planter des bambous dans son jardin, il est important de savoir à quel type l'on a affaire et à quoi l'on s'expose afin de prendre les précautions nécessaires pour se prémunir de leurs méfaits futurs: éviter de planter des bambous à rhizome traçant près des constructions ou des surfaces destinées à un autre usage (potager, massif de fleurs, chemins, allées, etc ...).

Toutefois des solutions existent pour contenir des bambous à rhizome traçant: soit les installer dans une fosse aux bordures inclinées tapissée d'un liner épais puis remplie de terre, soit disposer une barrière anti-rhizome ou creuser une tranchée profonde de 25 à 30 centimètres autour du massif qui leur est réservé (dans ces derniers cas, il convient de surveiller et de trancher les rhizomes qui tentent de franchir l'obstacle).
Photo de fouad JM sur le site www.flickr.com - Licence CC BY 3.0
et Photo de Quinn Dombrowski sur le site www.flickr.com - Licence CC BY-SA 3.0




Les bambous poussent donc à partir d'un rhizome, traçant ou non, à partir duquel des bourgeons se développent au fur et à mesure de sa croissance.

Lorsque la pousse sort de terre, elle ressemble à une grosse asperge et comme pour celle-ci elle prend le nom de turion. Il faut savoir que chez les plantes monocotylédones, et notamment chez les Poacées, la tige ne se comporte pas comme le tronc des plantes dicotylédones. Le turion, de forme cônique, a déjà le diamètre de la tige adulte et présente déjà tous les noeuds de celle-ci, sa pousse consistant à l'allongement des entre-noeuds, allongement qui peut accroître la taille de la plante jusqu'à un mètre par jour.

Comme chez l'asperge, le turion du bambou est comestible et apprécié: une fois les enveloppes qui le protègent enlevées, il est cuit dans de l'eau bouillante salée pendant un petit quart d'heure puis consommé en morceaux comme les coeurs d'artichauts dont il rappelle le goût. A l'inverse de l'asperge, le turion de bambou est croquant et non fibreux.

Le turion est protégé par les gaines des futures feuilles disposées de façon alterne et ressemblant à de grandes écailles. A mesure de l'allongement des entre-noeuds, les feuilles se développent: de forme lancéolée, elles sont vertes ou panachées de blanc ou de jaune et présentent à leur base (sommet de la gaine) une ligule et 2 oreillettes plus ou moins grandes. Gaines et feuilles ne sont pas persistantes: lorsque la canne est entièrement développée, les unes et les autres sèchent et tombent pour laisser apparaître des anneaux renflés au niveau des noeuds ainsi que les bourgeons des futures branches, généralement à raison dune branche par bourgeon et de 2 bourgeons par noeud.

Outre la présence de branches (fait rare chez les graminées), les bambous ont une autre particularité: la taille définitive de l'espèce n'est pas atteinte dès les premières cannes mais seulement au bout de plusieurs années. En effet, dans une touffe de bambous, les cannes de la première année sont beaucoup plus petites, celles de l'année suivante deviennent plus hautes et ainsi de suite jusqu'à atteindre la taille nominale de l'espèce.
Photo de Jean-Pierre Dalbéra sur le site www.flickr.com - Licence CC BY 3.0


Les cannes des bambous, hors leur diamètre et leur longueur variant d'une espèce à l'autre, présentent des couleurs différentes (vert clair ou vert foncé, noir, jaune, orangé ou rouge) ou des motifs (généralement des stries longitudinales).

Elles sont faites d'un bois particulier, très solide et résistant, constitué de lignine comme celui des arbres, mais aussi de silice. Leur solidité, leur légèreté une fois sèches (30% environ de leur poids quand elles sont vertes) dûe au fait qu'elles sont creuses (sauf au niveau des noeuds), leur longueur importante pour un diamètre réduit et leur imputrescibilité ont permis de nombreux usages.

Parmi ceux-ci, on citera les cannes à pêche, les gaules et perches en tous genres, les tuteurs, les manches d'outils, les lances de pulvérisateur, les bâtons de ski ... Assemblées entre elles, elles servent à élaborer des échaffaudages, des échelles, des clôtures, des meubles légers et durables pour la maison ou le jardin (chaises, canapés, tabourets ...), des constructions simples (cabanes dans les arbres, abris de jardin) voire très complexes (passerelles, ponts, maisons, pavillons ...). Refendues, elles servent de chenaux pour l'irrigation ou à confectionner des claies pour l'ombrage. Elles sont enfin utilisées pour l'élaboration de pâte à papier.

Le feuillage des bambous se forme le long des branches puis le long de leurs ramifications. Il reste vert plus d'une année puis jaunit et tombe mais il est immédiatement remplacé, de sorte qu'il est considéré comme persistant malgré sa chute annuelle.

Les feuilles qui le composent sont généralement de forme lancéolée, de couleur verte à glauque, quelquefois panachées. Leur grandeur varie selon les bambous mais n'est pas proportionnelle à la taille de ces derniers, bien au contraire. Elles sont le plus souvent dirigées vers le sol, ce qui, pour les Confucionistes, constitue un signe d'humilité.

Photo de Mogens Engelund sur le site http://commons.wikimedia.org - Licence CC BY-SA 3.0




La floraison des bambous est un phénomène dont toutes les caractéristiques sont encore loin d'être établies avec certitude, encore de nos jours. Certaines espèces fleurissent toutes les années sans que les plantes en souffrent, d'autres seulement au bout de plusieurs décennies (jusqu'à tous les 120 ans) et en meurent d'épuisement.

Mais tout cela n'est pas systématique, tout comme le fait que tous les sujets d'une même espèce, où qu'ils se trouvent et quel que soit leur âge, fleurissent en même temps, bien que le cas se soit déjà présenté dans le passé et se présente toujours ... il semble qu'une horloge biologique détermine le moment de leur floraison (et de leur mort). Il faudra certainement de longues années encore d'observation pour en tirer les prémices de règles établies. En tout état de cause, il convient toujours, avant d'acheter des bambous, de savoir quel est le cycle de floraison observé pour l'espèce et la date de la dernière floraison.

Lorsqu'elle survient, la floraison des bambous se présente sous la forme de longues grappes issues de l'aisselle des feuilles, de couleur jaune à jaune-vert, formées d'épillets comme pour les autres graminées. Leurs fruits, peu étudiés eux aussi (et pour cause), sont des caryopses, eux aussi caractéristiques des graminées.

Vu la rareté des graines de bambous dûe à la rareté de leurs floraisons, la multiplication se pratique principalement de façon végétative, par division du rhizome, en segments longs de 10 à 50 centimètres pour les bambous traçants, par l'éclatement des souches pour les rhizomes cespiteux. On peut également procéder en prélevant une tige avec son morceau de rhizome.

Photo de Laurentius sur le site http://commons.wikimedia.org - Licence CC BY-SA 3.0


La grande majorité des bambous est originaire d'Asie, principalement de Chine, et d'Amérique du sud pour le reste.

Tropicaux pour la plus grande partie, donc aimant la chaleur et supportant des températures élevées, nombreux sont les bambous qui supportent des températures basses (- 15°C en moyenne, jusqu'à - 29°C pour certains). Ce sont les raisons pour lesquelles de nombreuses espèces se sont naturalisées en Afrique et en Europe (où elles ont été introduites au début du XIX° siècle).

Les bambous cultivés en France métropolitaine, principalement dans les jardins d'ornement ou les parcs, appartiennent aux genres Phyllostachys, Arundinaria, Fargesia et Bambusa. Il arrive qu'ils soient plantés pour former des écrans (pour se cacher ou cacher quelque chose), des haies coupe-vent ou pour fixer les sols sur des talus ou des berges.

Le sol doit être drainant, légèrement acide à légèrement calcaire, de préférence riche, exposé au soleil. Les précipitations (ou à défaut l'arrosage) se doivent d'être réguliers, les bambous étant connus pour leurs besoins importants en eau.

Les vertus thérapeutiques des bambous sont connues et mises en application depuis fort longtemps.

La substance siliceuse contenue dans les cannes, particulièrement au niveau des noeuds est appelée "bamboosil". Ce bamboosil est une mine de quartz de silice végétal ayant les propriétés d'améliorer la résistance des tissus conjonctifs, de faliciter la reconstruction et la régénération du cartilage, de favoriser l'assimilation du phosphore, de reminéraliser et de stimuler les défenses immunitaires. C'est également un très bon antioxydant.

Son usage est recommandé, entre autres, en cas de rhumatismes chroniques ou aigus (sciatique), de problèmes osseux de la colonne vertébrale, de fractures, d'ostéoporose, d'ongles cassants ou de cheveux ternes.

Sources:






ACCUEIL DU SITE (HOME)