CONNAISSANCE DES VEGETAUX
ACCUEIL DU SITE (HOME)
Les ficoïdes
Photo de Pavel Bursik sur le site http://www.biolib.cz - Licence CCO 1.0 Domaine public






Le nom de 'ficoïde' est un nom vernaculaire (couramment utilisé, populaire) français donné à des plantes succulentes appartenant à plusieurs genres différents de la famille des Aizoacées. Contrairement à ce que l'on peut lire parfois, 'ficoïde' n'est pas le nom d'un genre botanique.



Ce nom vient du latin "ficus" (figue) pour la forme des fruits généralement comestibles de ces plantes. La "Ficoïde comestible" (Carpobrotus edulis), appelée "Figuier des Hottentots", surtout connue sous l'appellation de "Griffe de sorcière", est peut-être la plus connue.



Ainsi sont appelées 'ficoïdes' des espèces des genres Aptenia, Carpobrotus, Delosperma, Dorotheantus, Hereroa, Lampranthus, Drosanthemum ou Mesembryanthemum.


Bien que naturalisées dans de nombreuses régions de type méditerranéen (les espèces vivaces bien entendu), les ficoïdes sont originaires de pays d'Afrique australe, principalement d'Afrique du Sud, de Madagascar et de La Réunion, ainsi que d'Australie.
Photo de Luigi Rignanese sur le site http://calphotos.berkeley.edu - Licence CC BY-NC 3.0


Ce sont des plantes rampantes "sans souci" souvent appelées 'Tapis magique', surtout par les pépiniéristes, pour leur qualité de couvre-sols et pour leur abondante et luxuriante floraison.

Les ficoïdes ne sont pas toutes vivaces. Les mésembryanthèmes, par exemple, sont des plantes annuelles, notamment la 'Ficoïde à cristaux' ou 'Ficoïde glaciale' (Mesembryanthemum crystallinum), la 'Ficoïde à fleurs nodales' ( Mesembryanthemum nodiflorum) ou la 'Ficoïde tricolore' (Mesembryanthemum tricolor).

Cette dernière, appelée aussi 'Ficoïde flamboyante', est originaire du cap de Bonne Espérance. Les jardineries proposent des sachets de graines en coloris mélangés vendus sous la dénomination 'Ficoïde tricolore Magic Carpet mix'. Ses feuilles vertes sont étroites et charnues, ses très nombreuses petites fleurs existent en plusieurs coloris et s'épanouissent de juin à octobre.

Parmi les ficoïdes annuelles, la 'Ficoïde à fleurs de paquerettes difformes' ou 'Dorothéanthe à fleurs de paquerettes difformes' (Dorotheanthus bellidiformis) est une plante succulente rampante à petites feuilles vert clair de forme spatulée , charnues et brillantes, donnant pendant toute la saison estivale et une partie de l'automne de nombreuses petites fleurs de couleurs variées rappelant celles des paquerettes.
Les ficoïdes annuelles sont des plantes bisexuées se reproduisant par graines. Les semis sont effectués au printemps, à l'intérieur ou en serre si des gelées sont encore à craindre, et repiqués lorsque ce risque n'existe plus, ou en place à ce moment-là. La germination intervient sous 2 à 3 semaines en milieu légèrement humide et chaud (15 à 20°C).


Résistantes à la sécheresse et aux embruns, les ficoïdes annuelles se satisfont d'un sol pauvre, plutôt sablonneux, drainant mais non calcaire.

Photo de Industrieelektronik1515 sur le site http://commons.wikimedia.org - Licence CC BY-SA 3.0 ou GFDL




Les autres ficoïdes sont des plantes succulentes rampantes vivaces dont certaines sont bien connues sous climat méditerranéen, comme la 'Ficoïde comestible' ou 'Figuier des Hottentots' ( Carpobrotus edulis), la 'Ficoïde du Chili' ou 'Figuier de mer' (Carpobrotus chilensis).


La 'Ficoïde à feuilles en sabre' (ci-contre) est une plante succulente rampante, vivace comme toutes les autres "griffes de sorcière", à feuilles charnues longues de 5 à 8 centimètres (pour une largeur de 1,5 à 1,8 centimètre de largeur), de section triangulaire, de couleur verte, rougeâtre à rouge selon l'exposition.
Ses fleurs sont grosses (5 à 12 centimètres de diamètre), solitaires et terminales, d'une belle couleur rose pourpre.


La 'Ficoïde bleuâtre' ou 'Ficoïde glauque' (ci-dessous) est une "griffe de sorcière" vivace succulente à longues tiges (atteignant 2 mètres) qui s'enracinent facilement au niveau des noeuds, niveau où la plante se ramifie abondamment. Ses feuilles charnues et lisses, de section triangulaire, ont une couleur verte à glauque.
Elle est idéale en bord de mer pour stabiliser les dunes de sable car elle est très résistante aux embruns salés. Ses fleurs moyennes (4 à 6 centimètres de diamètre) sont solitaires, sessiles ou courtement pédonculées, de couleur pourpre.


Une autre ficoïde bien connue et appréciée est la 'Ficoïde à feuilles en coeur' (Aptenia cordifolia), une très jolie plante succulente capable de constituer de beaux tapis fleuris et de magnifiques suspensions.
Photo de Harry Rose sur le site www.flickr.com - Licence CC BY 3.0


Les ficoïdes les plus connues sont certainement les lampranthes (genre Lampranthus), avec leurs couleurs vives: la 'Ficoïde rouge' (Lampranthus coccineus), la 'Ficoïde orange' (Lampranthus aurantiacus), la 'Ficoïde violette' (Lampranthus calcaratus) et la 'Ficoïde jaune' (Lampranthus serpens).

Appartenant à la famille des Aizoacées, sous-famille des Ruschioïdées, tribu des Ruschiées, le genre Lampranthus contient aux alentours de 200 espèces végétales originaires des régions côtières de l'Afrique du Sud.

Les lampranthes sont des plantes succulentes vivaces à feuillage persistant dont les ramifications se dressent jusqu'à une soixantaine de centimètres de hauteur et portent des fleurs terminales solitaires de différents coloris, jaune, orange, rouge, rose, violet, magenta ...

Ces fleurs s'épanouissent en fin de printemps, comme un feu d'artifice, cachant le feuillage par leur nombre impressionnant. Les feuilles en forme de coin sont disposées de façon opposée, elles sont pointues et présentent 3 arêtes.



Les lampranthes se lignifient au niveau de leurs tiges, ce qui leur donne un port plus dressé que rampant, à l'inverse de la plupart des autres ficoïdes.

Leurs fruits bruns s'ouvrent normalement sous l'effet de la pluis pour libérer leurs graines. On peut toutefois récolter celles-ci en écrasant les fruits mûrs.
Photo de Forest & Kim Starr sur le site http://commons.wikimedia.org - Licence CC BY 3.0
Photo de Hayo Bethlehem sur le site www.flickr.com - Licence CC BY-NC-SA 3.0
Photo de scott.zona sur le site www.flickr.com - Licence CC BY-NC 3.0




Parmi les ficoïdes couvre-sol, les drosanthèmes (Drosanthemum) sont des championnes. Leur pouvoir couvrant est phénoménal, vous pouvez en juger par la photo du Drosanthemum hispidum ci-dessous.


En fait, ces plantes succulentes ne développent pas de très longues tiges mais forment plutôt des petits coussins. Leur facilité à s'enraciner permet la multiplication des coussins jusqu'à former des tapis très étendus et très denses.


La 'Ficoïde grain de riz' (Drosanthemum hispidum), originaire de l'Afrique du Sud, appelée ainsi pour les papilles transparentes et luisantes semblables à de petites gouttes de rosée qui recouvrent ses feuilles cylindriques charnues, est très bien adaptée au climat méditerranéen.


Les drosanthèmes ont un atout supplémentaire, et non des moindres, elles sont rustiques jusqu'à - 8°C/- 10°C sans protection.

Les drosanthèmes sont des plantes très florifères de la fin du printemps au milieu de l'été, légèrement plus tôt pour certaines.


Photo de Christophe Quintin sur le site www.flickr.com - Licence CC BY-NC 3.0


Les ficoïdes sont appréciées pour leurs faibles exigences. En effet, elles se satisfont d'un sol pauvre, de peu d'humidité et ne raignent pas les grosses chaleurs.

Pour la plupart, elles supportent les embruns salés et les sécheresses prolongées.

Le seul problème de la majotité des ficoïdes, pour les espèces vivaces bien entendu, est leur faible résistance au froid. Les températures basses, même faiblement négatives, leur sont fatales.


Les ficoïdes, annuelles ou vivaces, se multiplient toutes par semis de leurs graines. Les fruits mûrs ne s'ouvrent qu'au contact de l'eau fournie par la saison des pluies dans leur habitat naturel, ce qui permet la libération et, dans la foulée, la germination de leurs graines.

La reproduction des ficoïdes vivaces se fait dans la nature par l'enracinement des tiges au niveau de leurs noeuds, formant ainsi de nouvelles tiges à partir de cette nouvelle "souche".

Les amateurs de ficoïdes peuvent bien entendu adopter cette technique en sectionnant les tiges comportant quelques noeuds racinés pour développer de houvelles plantes. Ils peuvent également se livrer au bouturage de tronçons de tiges: 5 centimètres de longueur environ, laisser sécher les plaies avant de les repiquer dans un substrat drainant maintenu au chaud et légèrement humide.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur les ficoïdes, concernant par exemple leur comestibilité (feuilles de la 'Ficoïde glaciale' consommées en salade crues ou cuites, fruits des 'griffes de sorcière') ou leurs propriétés médicinales (feuilles de la 'Ficoïde glaciale', décidément elle est super intéressante celle-là !).
Photo de Tango paso sur le site http://commons.wikimedia.org - Licence CCO 1.0 Domaine public
Photo de nick fullerton sur le site www.flickr.com - Licence CC BY 3.0



ACCUEIL DU SITE (HOME)